Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Maison de la Laïcité Condorcet - Conférence-Débat « D'où vient la force de nos croyances ? »
Vous êtes ici : Accueil / Événements / Maison de la Laïcité Condorcet - Conférence-Débat « D'où vient la force de nos croyances ? »

Maison de la Laïcité Condorcet - Conférence-Débat « D'où vient la force de nos croyances ? »

Conférence-Débat : Alain Eraly

Past-President Solvay Business School - Economics & Management - ULB

« D'où vient la force de nos croyances ? »

En guise d'introduction… la Maison de la Laïcité Condorcet vous propose :

Historicité de la raison ou peut-on ne pas croire ?

(Extrait de l'Encyclopaedia Universalis 2018 - CROYANCES (sociologie).

Article écrit par Romain PUDAL, chargé de recherches CNRS en Sociologie. Université de Picardie Jules Verne).

En réalité, nous adhérons tous à un ensemble de croyances : nous  « croyons » que la terre est ronde, que E = mc2 ou qu'il y a eu la Première Guerre mondiale. Mais comment le savons-nous ? C'est à l’école ou dans nos familles que nous l'avons appris : bref, nous n'en avons pas l'expérience directe ni même la démonstration la plupart du temps, mais nous y croyons. Les croyances sont donc transmises par des instances de socialisation qui modèlent nos façons d'être, de penser, de nous comporter. Sans même que nous en ayons conscience, la notion de croyance renvoie donc à l'idée d'un conditionnement culturel collectif. Il fut un temps où l'on croyait dur comme fer que la terre était plate. Comme dit Wittgenstein 1,  « Toute la difficulté est de nous rendre compte du manque de fondement de nos croyances ». Certaines croyances – racisme, machisme, etc. - n'ont pas forcément de contenu positif ou une thèse consciemment formulée, mais nous n'avons pas de rapport d'extériorité par rapport à nos croyances, nous sommes immergés dedans : d'où leur force.

Aujourd'hui, cette notion est utilisée pour désigner des discours et des préceptes largement diffusés sans qu'aucun démenti du réel ne parvienne à les faire disparaitre, Frédéric Lebaron2, par exemple, montre comment la croyance économique, dans sa version néolibérale, est devenue en quelques années une doxa largement incontestée et extrêmement difficile à combattre d'autant qu'elle se pare des atours de la science pour se légitimer. Or, comme le rappelle Jean-Pierre Vernant 3, il n'est de rationalisme que si l’on accepte que toutes les questions, tous les problèmes soient livrés à une discussion ouverte, publique, contradictoire et c'est sans doute lorsque l'on veut mettre un terme aux discussions que s'ouvre le règne des croyances de toutes natures.

Alain Eraly : est ingénieur en gestion, docteur en sciences sociales et docteur en économie appliquée. Il est actuellement professeur à l'Université libre de Bruxelles où il enseigne la sociologie et la gestion. Il a quitté récemment la Présidence de la Solvay Business School Economics Management de l'ULB.

PAF : 3 euros pour les non-membres

 

  1. L. Wittgenstei,. De la certitude, Gallimard , Paris 1987
  2. F. Lebaron, La Croyance économique, Seuil, Paris, 2000
  3. J.-P. Vernant, Religions, histoires, raisons. Maspéro, Paris, 1979