Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Illustration de l'actualité - cliquer pour agrandir
Vous êtes ici : Accueil / Ma commune / Services communaux / Environnement / Grez d'oiseaux / Ornithologie / 5. Petite classification pour ne pas "s'emmêler les pinsons"

5. Petite classification pour ne pas "s'emmêler les pinsons"

Lorsque l’on commence à observer les oiseaux, il est bien normal de se sentir un peu perdu parmi les différentes espèces, par manque de repères.

Aussi, un minimum de classification aide à s’y retrouver plus facilement.

Voici donc quelques clés qui vont assurément vous aider à identifier tout ce joli petit monde.

La première distinction à faire est de se demander si l’oiseau que l’on voit est un «passereau» ou non.

Les passereaux ont, en général, les caractéristiques suivantes :

  • une petite taille. (genre moineau, mésange, …)
  • une bonne capacité à chanter.
  • ils se perchent volontiers sur les branches et ont d’ailleurs des pattes ayant évolué pour faciliter cette posture.
    Ils possèdent, en effet, 3 doigts vers l’avant et un doigt vers l’arrière facilitant leverrouillage de la patte sur le perchoir lorsqu’ils sont en position couchée.

Ces caractéristiques sont la règle générale. Mieux vaut mettre de côté, pour l’instant, les exceptions et disons que les passereaux sont, en gros, les oiseaux de nos jardins et donc ceux qui nous intéressent pour commencer.

Parmi les passereaux, on peut distinguer :

  • les granivores au bec épais et de forme un peu triangulaire : moineaux, pinsons, verdiers, chardonnerets, bouvreuils, bruants, …
  • les insectivores au bec plus fin et pointu : mésanges, rougegorges, fauvettes, hirondelles,   troglodytes, roitelets, pouillots, bergeronnettes, …
  • les opportunistes (qui mangent un peu de tout) au bec beaucoup plus fort et bien visible : merles, grives, étourneaux, pies, geais, choucas, corneilles, …

Il est donc important de regarder le bec qui vous donnera la première clé d’identification ainsi qu’une bonne indication sur la manière dont se nourrit l’oiseau, ce qui est évidemment une donnée importante de son comportement.

Les « non-passereaux », ce sont donc tous les autres : pigeons, tourterelles, pics, mouettes, canards, oies, cygnes, goélands, hérons, grues, cigognes, martins-pêcheurs, ….

Toujours parmi les non-passereaux, nous pouvons mettre à part les rapaces.
D’une part les diurnes : buses, faucons, éperviers, …
D’autre part les nocturnes : chouettes et hiboux.

Xavier Lebrun